Les pratiques Chamaniques à Thélis-la-Combe

Être soi et en relation avec les esprits, Joan Pinchu Shaman dans la Loire

Joan Pinchu Shaman à Thélis-la-Combe, je vous invite à découvrir les différentes pratiques chamaniques.

Je vous présente également l’histoire de la fabrication de l’instrument chamanique et le déroulement d’un rite chamanique ainsi que les bienfaits de ce rituel.

 Dreamkeeper

Chamaniques à Thélis-la-Combe

Pour sortir de votre corps, appellez d’abord vos alliés et vos protecteurs spirituels. Sans eux, le voyage hors du corps serait périlleux, parfois et même sans possibilités de retour. Ensuite, soyez en conscience dans votre respiration. Détachez votre âme de votre souffle, par la puissance de votre esprit. Vous retrouverez le vertige du vol de l’oiseau, le galop du cheval, la course du vent dans la prairie. L’homme-esprit n’est pas limité à la vision matérielle du corps.

Essayez de voir votre corps comme un pur esprit, et en même temps donne à votre esprit la réalité d’un corps. Apprenez à voir autrement !

Sachant que dans le cercle sacré de la création, il en est de même de la relation entre les humains et les esprits. Réalisez cela !

Lutherie Chamanique

Ici, commence une nouvelle page, un nouveau chemin. J’évoque ici un aspect concret, spirituel, créatif de la relation de l’être humain à l’univers. Ce qui nous conduit directement à ce qui peut être sous formes grossières, voire extrêmement subtiles, à savoir : les sons et les vibrations.

Ce sont ces forces-là qui nourrissent et animent le chamanisme. Par exemple, l’image du tambour est indissociable du chaman. C’est donc naturellement que je vais ouvrir cette page d’échange, de partage et encore plus terrible parfois d’enseignement.

Pour combler un peu mon ignorance, j’ai consulté Wikipédia qui me dit qu’à l’origine, le luthier est celui qui fabrique des instruments à cordes (pincées ou frottées), on dit facteur d’instruments pour la fabrication des autres instruments bien qu’aujourd’hui l’appellation de luthier et lutherie tend à se généraliser.

Mais loin de ces considérations, ce qui m’intéresse ici est l’approche de la fabrication d’instruments chamaniques que pour faire simple nous appellerons lutherie chamanique.

Premièrement, un rituel chamanique peut être tout à fait isolé et exécuté dans la solitude par un chaman avec son instrument chamanique. D’autres rituels se pratiquent en groupe, ou corps social avec un chaman qui conduit le rituel. D’autres rituels encore peuvent se produire en rassemblant un groupe de chamans et un groupe de personnes.

Dans tous les cas le chaman opère avec ses instruments chamaniques. Dans une pratique collective, il peut tout à fait y avoir des instruments qui n’ont pas charge chamanique. Pour autant, leur énergie n’est pas négligeable, bien au contraire : ils servent de force d’appoint pour le chaman et sont de puissants alliés à la cohésion sociale et par là même à la réussite de la pratique.

Donc, pour cela, tout un chacun(e) peut acquérir un instrument baptisé chamanique dans une de ces nombreuses boutiques qui fleurissent au gré du marché, en faire un usage personnel et un usage d’appui dans de tels rituels. Il va sans dire la nécessaire conscience de ces actes, que ce soit pour soi ou pour autrui.

Je me doute que nous arrivons à la question légitime : « mais, qu’est-ce qu’un instrument chamanique ? »

Question simple, mais réponse complexe à laquelle je vais tenter d’apporter quelques éclairages. Tout d’abord, qu’est ce que cela n’est pas : ce n’est pas un objet de désir ni un objet festif, un jouet, un objet décoratif, bref ce n’est pas une chose inerte.

Il est important de percevoir que c’est un instrument « VIVANT ! », c’est-à-dire qu’il est animé par une âme qui est en relation intime avec l’âme du chaman.

Mais comment cela se fait-il ? Gardons à la conscience que cette vision des choses perdure depuis des millénaires, sous toutes les latitudes et dans toutes les cultures. Juste un exemple : les masques africains ou bien encore les poupées katchinas. Leur réputation d’être chargés d’énergie qui peut être dangereuse garde encore d’angoissant mystère.

Autrement dit, un instrument chamanique est un être et pas seulement un objet. Il est à percevoir comme un esprit allié avec pour exigence, pour le chaman, d’avoir une relation et d’entretenir une relation avec son esprit allié matérialisé par un instrument. À l’instar des relations interhumaines, cela demande une attention, sinon la relation perd de la force donc du pouvoir, il en est ainsi des instruments chamaniques.

À savoir et à garder à l’esprit que le pouvoir (au sens noble) n’est jamais acquis.

De même, la force d’un instrument chamanique ne réside pas dans son esthétique et il n’est pas fait par exemple pour faire de la belle musique. Rappelons-le : sa force, c’est la force de son âme.

Comment se passe un rite chamanique ?

Le rite chamanique est basé sur :

  • L’intention : aucun rite ne peut être valable s’il n’est porté par une intention véritable. Celle-ci est comme la flèche tirée par l’arc de l’esprit. Je dirais même que l’intention est l’esprit du rite alors que l’organisation pratique en est le corps. Elle est l’essence de l’acte, c’est pourquoi le rite ne peut être un acte répétitif, stéréotypé comme pourraient le voir certaines personnes extérieures
  • Le rituel : crée un espace-temps sacré, il ouvre une porte qu’il faut savoir ouvrir et qu’il faut nécessairement fermer à un moment donné et seule une personne reconnue par les esprits et les hommes peut l’accomplir d’une manière sacrée. C’est une expérience qui est mise en mouvement, perceptible par les personnes dont l’âme est vivante, sensible
  • Les participants : il y a toujours un ou deux individus qui s’efforcent de séduire le chaman avec des jeux psychologiques vains. Dès que le cercle sacré est formé, les participants imperceptiblement changent d’attitude, deviennent autres. Ils sont investis eux aussi par le sacré et c’est en cela qu’ils s’aident et aident le chaman à ce que l’opération fonctionne
  • Les binfaits : Le rituel est ouvert, puis fermé, c’est une évidence !

    Il permet de relier, de mettre en harmonie l’humain avec l’univers et ses forces invisibles.

    Mais la cérémonie, elle-même commence bien avant le rituel et se continue bien après sa fermeture.

    Pendant le rituel les participants semblent, un temps, déchargés du poids de l’humanité.

    Ils semblent plus lumineux, les visages se détendent. L’énergie circule dans leur corps, leur esprit s’apaise.

    Après le rituel, des portes vont s’ouvrir dans la vie de chacun, des situations bloquées se débloquent. La confusion fait place à la clarté, le rapport aux autres et à la vie change.

    Beaucoup de souffrances, de troubles émotionnels viennent du fait que l’être humain, coupé du flux de la vie, se sent seul, profondément seul.

    Les bienfaits d’un rituel chamanique sont de participer et de vivre une renaissance, de partir dans la vie avec des forces nouvelles et là tout est possible.

    Pour plus de détails, n’hésitez pas à contacter Joan Pinchu Shaman à Thélis-la-Combe !